Cueilleur de plantain lancéolé, un métier liés au plantes sauvages

Les métiers des plantes sauvages

Michaël Berthoud Cueillette des plantes sauvages 6 Comments

Les métiers en lien aux plantes sauvages vous intriguent? Nous avons réalisé un sondage auprès de nos abonnés pour en savoir plus sur les débouchés!


GUIDE DES
PLANTES SAUVAGES
COMESTIBLES!

Téléchargez votre guide PDF gratuit et reçevez des conseils de cueillettes chaque mois! 
JE LE VEUX!
Vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Vous êtes nombreux à nous écrire pour nous poser des questions sur le sujet des métiers en lien aux plantes sauvages: réorientation professionnelle, envie de “faire quelque chose avec les plantes”, projets d’études, etc.

Après le sondage de l’échinococcose, nous avons pensé qu’un deuxième sur le sujet des métiers serait intéressant. Durant le printemps 2022, nous vous avons donc proposé de remplir un sondage sur ce sujet, pour savoir qui parmi nos lecteurs et abonnés travaille dans le domaine des plantes sauvages, dans lequel plus précisément, et qui aurait envie d’y travailler.

Il faut bien sûr noter que les sondés sont déjà tous intéressés par les plantes, il n’est pas représentatif de la population!

Nous allons maintenant passer en revue les différentes questions.

Cueilleur de reine des prés, un métier des plantes sauvages
Cueilleur de plantes, un métier en lien avec la flore sauvage.

Quels sont les différents métiers en lien avec les plantes sauvages qui existent?

La première question que nous vous avons posée est de savoir si vous travaillez dans le domaine des plantes sauvages. Vous avez été 35% à répondre positivement. Et parmi ces 35%, nous voulions savoir quel métier vous pratiquez, et là, cela devient intéressant.

Le métier le plus pratiqué par les sondés est celui d’organisateur de cours, de formations ou guide avec 20%. Viennent ensuite les domaines de la thérapie (18%), de l’herboristerie (10%) et les cueillettes professionnelles (10%).

Voici la liste des autres métiers en lien aux plantes sauvages qui ont eu moins de 10% :

  • éducation à l’environnement
  • artisanat
  • production de cosmétiques
  • production de produits du terroir
  • boutique et revente
  • botaniste
  • autres productions
  • enseignement scolaire
  • recherche / pharma
  • paysagisme
  • cuisine
  • agroalimentaire

Nous espérons que cette liste donnera des idées à certains.

Métiers des plantes sauvages: dans quel domaine travaillez-vous?

Les plantes sauvages, peut-on en vivre?

Travailler avec les plantes sauvages est passionnant, mais peut-on en vivre? Pour la majorité non, car vous êtes 80% à ne pas pouvoir vivre de cette activité… et parmi ces 80% la moitié aimerait pouvoir en vivre, et l’autre pas ou ne sais pas. D’un autre côté, vous êtes 20% à pouvoir vivre d’une activité avec les plantes, parmi lesquels 10% à en vivre exclusivement.

Les métiers des plantes sauvages: peut-on en vivre?
Les métiers des plantes sauvages: peut-on en vivre?

Et est-ce que ça rend heureux?

Vous êtes 75% à aimer “beaucoup” et “à la folie” votre métier avec les plantes sauvages! Car si l’aspect financer est bien entendu important, le plaisir à exercer son activité professionnelle l’est tout autant. Et vous êtes 25% à aimer “un peu” ou “pas du tout” votre métier.

Le dernier point qui nous intéressait était de savoir si, parmi ceux qui ne travaillent pas dans ce domaine, cela leur plairait. On observe une grosse tendance à vouloir travailler avec les plantes sauvages, car vous êtes 81.5% ou à être déjà en reconversion!

Parmi ceux qui n’ont pas fait le pas, on observe que la retenue la plus forte est due à la peur de l’aspect financier (29%).

Je ne sais pas encore exactement dans quel domaine j’aimerais travailler.
Je ne connais pas bien les débouchés.
J’ai peur de l’aspect financier.
Ce n’est pas le bon moment.

En conclusion, les plantes sauvages ont la cote

Le but du sondage était d’une part de dresser une liste de métiers en lien avec la flore locale et indigène. Non pas une liste hypothétique, mais basée sur vous, sur de vrais métiers. Peut-être celle-ci servira-t-elle à ceux parmi vous qui hésitent et se posent des questions. Christophe Bernard a également fait un sondage similaire, mais plus axé sur les plantes médicinales, les résultats sont différents et tout aussi intéressants. Il semblerait que le partage des connaissances des plantes sauvages soit en vogue, ce qui est très positif, tout comme leurs utilisations médicinales.

Le travail avec les plantes sauvages semble être une activité difficile à en vivre. La plupart ayant exerçant différents métiers. Cela montre tout de même que c’est possible. C’est aussi intéressant de noter que la moitié des personnes qui n’en vivent pas n’a pas le désir d’en vivre à 100%.

Il semble aussi être satisfaisant pour la plupart, même si pour 1/4 d’entre les sondés cela ne l’est pas.

Nous avons appris que vous êtes nombreux à avoir fait le pas ou à vouloir le faire. Visiblement, les plantes sauvages ont la cote, et c’est tant mieux! Cependant, il semble y avoir des peurs de l’aspect financier qui retiennent certains.

Mon expérience personnelle

Dans mon parcours avec les plantes, j’ai commencé à donner des cours pour le plaisir du partage et pour créer des documents de vulgarisation. Cela fait 7 ans que j’ai entamé ce processus de vivre en accord avec ma passion. J’ai également eu plusieurs activités au début, et il a fallu 3-4 ans pour pouvoir les abandonner.

Mais je n’avais pas l’intention d’en vivre exclusivement. En fait, au début pas du tout. J’avais l’intention de travailler dans le domaine de la science du sol, qui est mon sujet d’étude. N’ayant jamais trouvé de travail à la fin de mes d’études, et les cours sur les plantes se remplissant petit à petit, c’est cette activité qui s’est imposée à moi.

Au début, je ne pensais pas qu’il était possible de vivre uniquement de cette activité indépendante, différentes peurs entravant le processus. Il a fallu les surmonter et je ne peux pas dire que ce soit facile. Mais comme on dit, tout ce qui ne tue pas rend plus fort!

À mon sens, l’essentiel n’est pas de vivre exclusivement des plantes sauvages, mais de suivre son cœur et sa cohérence pour trouver un équilibre entre sa passion et son activité professionnelle. À chacun/e de trouver sa légende personnelle.

Nous vous proposons maintenant de partager vos questions et vos parcours en commentaires: difficultés, succès et conseils à ceux qui se lancent! Dites-nous également si vous aimeriez des articles pour présenter ces divers métiers.

Références

Sondage réalisé en 2022 auprès des abonnés de la liste de diffusion de Cueilleurs Sauvages.

Vous avez aimé cet article?  

Reçevez des conseils de cueillette et des recettes directement dans votre boite mail!
S'inscrire

À propos de l'auteur

Michaël Berthoud

Facebook

Environnementaliste spécialité dans la science du sol, je suis passionné par les plantes sauvages et leurs usages depuis mon enfance. Laissez-moi être votre guide pour bien démarrer dans ce monde passionnant. Je vous donnerai de bons conseils et des critères sûrs pour débuter ou confirmer vos connaissances.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
View allCommentaires
Perin
Perin
22 janvier 2023 11:03

Bonjour. Merci pour cet article.
Si je suis d accord avec le fait que ce domaine intéressé/attire de plus en plus de monde est très positif car l on peut ainsi espérer que les consciences vont vraiment se réveiller pour protéger l environnement, deux remarques tout de même :
– Les installations autour des plantes croissent beaucoup plus vite que la
demande. C est l une des raisons pour lesquelles il peut être (très) difficile de vivre des métiers de paysan-herboriste, d aromatherapeute etc.
– Il serait bon qu avant toute installation, le “nouveau paysan”ou autre se renseigne sur le contexte économique (c est assez souvent le cas), MAIS AUSSI ET SURTOUT sur les plantes protégées dans son environnement et les zones de cueillettes des collègues. On voit malheureusement, ici et là, des stations disparaitrent à force de prélèvements et pietinages. C est le cas de 3 plantes bien connues (et d autres aussi) que sont l ail des ours, le calendula et la gentiane.
Attention donc à ce bel engouement qui risque de faire des dégâts.

Katia
Katia
23 janvier 2023 16:18
Répondre à  Michaël Berthoud

Bonjour je ne suis pas une pro mais une personne passionnée par les plantes comestibles.
Dans l’année je fais secher environ 5kg de lamiers.
Toutes les petites graines qui tombent sur le journal sont récupérées et ensuite ramenées sur mes spots.
Et ça ce n’est qu’un exemple.
Il faut être respectueux si on en veut autant l’année d’après

Aurore Althen
26 janvier 2023 09:49

Merci beaucoup pour cette article et ce sondage. Travailler en lien avec les plantes comestibles m’attire depuis un moment, mais il me semble qu’il me faudrait des connaissances plus solides pour me sentir légitime. J’ai tenté d’animer 2 ou 3 petites sorties découverte des plantes comestibles le printemps dernier, en partageant ce que je ramasse, comment je les utilise, mais je ne pouvais répondre à toutes les questions, notamment sur les propriétés des plantes, et ne connais pas toutes les plantes non plus.
La communication pour arriver à toucher du public est un autre facteur qui m’inquiète, je ne suis pas douée pour ça.
Mais l’idée reste malgré tout dans un coin de ma tête.
Encore merci pour ces partages.
Aurore