Featured image for “Pulvériser et faire des poudres de plantes sauvages et médicinales”

Pulvériser et faire des poudres de plantes sauvages et médicinales

Thèmes: 
Michaël Berthoud
/
16 mars 2023

Faire des poudres de plantes sauvages, médicinales ou cosmétiques est une activité fabuleuse pleine de découvertes! Encore faut-il le bon matériel… Il nous a fallu du temps pour le trouver et nous l’expérimentons au quotidien. Dans cet article, nous vous proposons notre retour d’expérience sur le meilleur matériel pour moudre les plantes facilement.

GUIDE DES
PLANTES SAUVAGES
COMESTIBLES!

Téléchargez votre guide PDF gratuit et reçevez des conseils de cueillettes chaque mois! 
JE LE VEUX!
Vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Pourquoi faire des poudres de plantes?

Moudre est un plaisir en soi. Pourquoi? Et bien lorsque vous ouvrez le bocal de la plante fraichement moulue, les effluves olfactives qui s’en dégagent sont d’une finesse et d’un plaisir à sentir sans égal. Et bien entendu, vous pourrez les utiliser de diverses manières, reliant l’utile à l’agréable.

J’ai découvert cette pratique en voulant moudre des bois ainsi que des racines de plantes sauvages pour en faire de l’encens naturel. Pour faire mes bâtons, il me faut une poudre très fine. Mais petit à petit, ces poudres sont devenues incontournables à la maison dans divers autres domaines.

Poudres de plantes sauvages et medicinales
Poudres de bois de sapin blanc, de feuilles de romarin et de fleurs de camomille

Voici quelques-uns de leurs usages (ce n’est pas exhaustif):

  • En herboristerie familiale
    • Fabrication de macérat huileux par intermédiaire alcoolique
    • Fabrication de gélules
    • Pratique de la médecine ayurvédique ou chinoise
  • En cuisine sauvage
    • comme épice dans tous vos plats
    • pour fumer des plats avec de la sciure de bois
    • pour faire des substitus de café
    • pour parfumer des misos japonais (comme les misos originaux de notre amie Johanna Moret en Valais)
  • Utilisation en cosmétique naturelle
    • pour faire des masques
    • pour faire des gommages
    • pour faire des macérats huileux
  • Fabrication d’encens

Dès qu’on utilise les plantes sauvages, en faire des poudres devient donc incontournable. Peut-être avez-vous déjà essayé? Était-ce facile ou non? Dites-le-nous en commentaires !

Ceux qui ont essayé auront probablement remarqué qu’il est relativement aisé de moudre des feuilles ou des fleurs au mortier, ou en utilisant le moulin à café de grand-maman. Mais dès qu’on s’attaque à des bois, des racines, des fruits, des aiguilles, cela devient beaucoup plus compliqué. Et il est difficile de trouver le bon outil.

Cela m’a pris du temps, mais j’ai fini pas trouver le mixeur de mes rêves et j’ai envie de vous partager le fruit de mes recherches et expérimentations. Je vais aussi vous partager ce qui n’a pas marché pour éviter que vous fassiez les mêmes erreurs et perdiez du temps et de l’argent. Sachez qu’il n’y a pas de liens sponsorisés ici!

Les différents outils que j’ai testés pour faire des poudres

Le premier mixeur que j’ai acheté a été un moulin à café électrique très (trop) bon marché. Il était du style des machines à café avec broyeur intégré: il y a une vis qui broie les grains. Ce type de machine ne fonctionne absolument pas pour moudre des plantes dures, car elles ne sont ni assez solides, ni assez puissantes. La mienne a tenu la moitié d’un atelier de fabrication d’encens! Première conclusion, ne pas acheter de machine bon marché, tout plastique et peu puissante (moins de 500W).

Ensuite, j’ai appris que certains blenders étaient munis d’un ou plusieurs petits verres fermés, en plus du grand bol ouvert. Ici on ne broie pas, mais on coupe et on pulvérise. À partir de ce moment, j’ai commencé à pouvoir mixer les parties dures des plantes. J’utilise encore ce genre d’outil. Ce qui est pratique, c’est d’avoir un verre d’une taille petite (300mL).

Poudres de plantes sauvages et médicinales
Les blenders avec petit bol fermé sont pratiques pour faire des poudres, mais sont souvent en plastique…

Vous pouvez aussi utiliser le grand bol du blender, mais la quantité de plantes doit être très importante pour que cela fonctionne. Avec une petite quantité dans un grand volume, les plantes volent dans le bol et ne sont pas pulvérisées. Dans mon usage d’herboristerie ou de cuisine familiale, le verre de 300mL est parfait. Le hic: ce premier modèle était en plastique. Donc idéal pour des parties souples (feuilles, fleurs, aiguilles). Mais pas pour les racines et les bois qui commencent rapidement à abimer la surface plastique.

J’ai mis beaucoup de temps pour trouver un blender tout en verre et métal. Le seul que j’ai trouvé est le Personnal Blender de Tribest (mais attention il y a plusieurs modèles, certains en plastique). Celui-ci est onéreux et ne m’a tenu que 4 ans avant que le moteur ne lâche… Donc je ne peux pas vraiment le recommander. Et il n’était pas suffisamment puissant pour faire de la poudre très fine, elle restait toujours grossière. J’ai cru avoir trouvé un autre blender tout en verre chez Bosch (c’est ce qui était annoncé). Malheureusement, il n’y a que le grand bol qui est en verre, les petits étant en plastique. Il a un très bon moteur, et je t’utilise tout de même au quotidien. Cependant, il ne sert pas pour les parties dures (racines et bois).

Enfin un moulin à plantes en métal!

J’ai finalement trouvé le modèle parfait (du moins au moment où j’écris ces lignes, on verra sur la durée). Pour cela, il fallait chercher du côté asiatique, où de nombreuses recettes de farine de riz ou de soja demandent des outils puissants. Tout en métal, un grand nombre de tours minute et pas cher (60€)!

Moulin pour réaliser des poudres de plantes sauvages et médicinales
Enfin un mixeur tout en métal!

ll existe différents revendeurs et différentes tailles. J’ai opté pour le modèle 150g, qui correspond à 500mL. Je vous conseille de prendre plus grand uniquement si vous devez moudre de grandes quantités de plantes. Pour moudre des épices, des plantes médicinales, des encens, le modèle, 150g vous fournit environ 1 bocal de 300mL de poudre par mixage. Il existe aussi un modèle 100g.

Pour le trouver, c’est simple, vous chercher “moulin 150g” ou “grinder 150g” sur Amazon ou Aliexpress. Attention, je vois qu’il y a aussi toutes sortes de prix farfelus, j’ai payé le mien (150g) 60€.

Cependant, il y a une précaution à prendre: il chauffe! Le vendeur stipule qu’on peut l’utiliser durant 5min non-stop, puis le laisser 5min reposer. C’est trop. Si vous le faites, la plante chauffe trop, perd ses propriétés et colle à l’intérieur (et il faut savoir qu’on ne peut pas mettre d’eau dedans pour le nettoyer). Je mets donc une minuterie: 1min ON, 1min OFF, 1min ON etc. Je le fais tourner 5min en tout: la poudre est parfaite et très fine et ne colle quasi pas. C’est vraiment impressionnant.

Pulvériser du bois et des résines

Vous pouvez mixer des fleurs et des feuilles très facilement. Si vous désirez mixer des substances plus dures comme du bois, vous pouvez utiliser des petits copeaux (fait à la hache pour les montagnards.es) ou plus simplement des brindilles. Cela fonctionne parfaitement, et c’est principalement pour cet usage que je l’utilise.

Vous pouvez également mixer des résines. Il faut par contre prendre garde à ce qu’elles soient bien sèches et à ne pas utiliser le mixer trop longtemps pour éviter que les résines ne chauffent et collent au fond (par tours de 20-30 sec max). Ce n’est pas le mixer le plus pratique pour cela mais cela fonctionne en prenant le temps.

Nettoyage du pulvérisateur

Comme on l’a vu, on évitera de le chauffer à bloc. Dans tout les cas, il y a toujours un peu de matière qui colle au fond. Pour le nettoyer, il faut savoir que vous ne pouvez pas mettre d’eau dedans. Vous pouvez donc gratter au fond avec une cuiller, puis passer un chiffon et un peu d’alcool (alcool à brûler par ex) pour enlever le reste.

Et s’il y en a vraiment trop, les couteaux se dévissent avec une clé carrée, ce qui facilite le nettoyage mais prend du temps.

En résumé, voici mon attirail complet de mixage

Ce mixeur est génial, mais il ne fait pas tout. On ne peut rien mettre de liquide dedans, ce qui limite son usage aux parties sèches. Il faut également éviter tout ce qui est collant comme les résines pas sèches. Voici donc les outils que j’utilise aujourd’hui, pour différentes situations:

  • Différents mortiers en bois et en pierre : toujours pratiques en cuisine pour certaines graines comme la carotte et plantes comme les feuilles de plantain et pour les résines. Il faut tester pour voir ce qui se mou facilement avec ou non.
  • Les petits moulins manuels: pour certaines graines en cuisine et en petite quantité, comme le carvi ou le fenouil.
  • Un blender.
    • Avec le petit verre de 300mL: volume petit, possibilité de mettre du liquide. En cuisine, pratique pour les sauces et les jus et pour moudre facilement les feuilles et les fleurs sèches comme le calendula, l’ortie ou les aiguilles de sapin. Se nettoie facilement. Il est difficile de faire une poudre très fine.
    • Avec le grand bol: on fait les soupes, les smoothies ou encore des crèmes en cosmétique! On mou des plantes en grande quantité, mais on arrivera difficilement à faire une poudre très fine avec les parties dures.
  • Un mixeur tout métal: pratique pour les bois et les racines et toute autre feuille ou fleur un peu coriaces (aiguilles de sapin ou de romarin). Il est plus compliqué à nettoyer que le blender, mais fourni une poudre plus fine. Il fonctionne pour toutes les parties sèches des plantes, pas de liquide.

Il existe encore un autre type d’outil que je n’ai pas testé, il s’agit des meules en pierre, manuelles ou électriques.

Des questions?

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à nous contacter!

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour être tenu au courant des nouveaux articles et prochains cours.
S'inscrire