Comment faire de l’encens naturel soi-même

Michaël Berthoud Non classé 8 Comments

Découvrez une manière ludique et originale d’utiliser les plantes sauvages ! Faire son encens naturel à la maison, c’est renouer avec une tradition ancestrale tout en se faisant plaisir.


RECEVEZ VOTRE
GUIDE DES
PLANTES SAUVAGES

DE SUISSE ROMANDE!

Télécharger votre guide PDF gratuit et faite partie de la communauté des cueilleurs de Suisse romande! 
JE LE VEUX!
Ecrit par Michaël Berthoud, Cueilleurs Sauvages.

Les plantes sauvages ont été utilisées d’innombrables manières durant l’histoire de l’humanité. Elles nous ont nourris et soignés durant des millénaires et ont eu de ce fait un rôle central dans la vie des hommes.
Chaque plante était connue pour ses propriétés guérisseuses pour le corps. Mais certaines étaient également réputées avoir des propriétés plus subtiles et de nombreuses croyances et rites entourent les plantes dites sacrées. Celles-ci étaient régulièrement utilisées sous forme de fumigations lors de rituel.

Il y a quelques années, un ami m’a partagé sa passion pour le monde de l’encens. Il m’a fait découvrir de nombreuses substances végétales provenant de contrées lointaines et m’a enseigné comment les utiliser sur de simples charbons incandescente. J’ai tout de suite croché et un monde nouveau s’est ouvert à moi lorsque je me suis rendu compte que je pouvais également utiliser les plantes locales, que je connaissais déjà bien!

Faire votre encens vous-même va vous amener à connaître la plante d’une manière différente, très intime. Vous devrez savoir la reconnaître et comment la récolter. C’est un magnifique chemin de découverte.

Qu’est-ce que l’encens?

Le mot encens désigne dans la tradition chrétienne une substance végétale particulière, l’oliban. C’est une oléorésine provenant d’un arbre des régions semi-arides de la corne de l’Afrique et de la péninsule arabique, Boswellia sacra. Cette résine a été utilisée au moins depuis les Égyptiens qui en raffolaient, tout comme la myrrhe, une autre résine souvent employée dans les mélanges odorants.

Aujourd’hui, le mot encens désigne communément toute substance végétale, brûlée ou chauffée, dégageant une odeur agréable. C’est dans ce sens que je vais l’utiliser.

Comment préparer de l’encens?

J’utilise l’encens de diverses manières que je vais détailler ici. Cela varie en fonction de mon intention, de mon envie du moment et du temps à disposition.

Sur un brûle-encens

La manière la plus simple est de disposer des substances végétales odorantes sur un brûleur pour huiles essentielles. En général, la bougie est trop basse par rapport au plateau, il faut donc simplement la surélever un peu. Il existe des brûleurs spécifiques, dont la hauteur du plateau peut être modifiée, c’est l’idéal. Par contre, ils sont en général assez kitch, car le monde de l’encens est souvent connoté ésotérique… Celui-ci est pratique et sobre.

Aiguilles de pin douglas, résine de sapin blanc et bourgeons de pins sur un brûleur à encens. Cueilleurs Sauvages.
Aiguilles de pin douglas, résine de sapin blanc et bourgeons de pins sur un brûle-encens.

C’est une méthode simple, rapide et pratique pour avoir de belles odeurs chez soi. De plus, le dégagement de fumée est minime. Par contre, cette odeur est subtile et partira dès que la bougie s’arrête. Vous pouvez utiliser n’importe quelle résine, feuille, racine ou épice selon le mélange qui vous plait. Tout les mélanges ne fonctionnent pas, donc il vous vaudra expérimenter!

Recette facile
Récoltez quelques aiguilles et un peu de résine de sapin blanc (Abies alba). Placez-la sur brûleur à huiles essentielles ou un brûleur dédié. Profiter!

Sur un charbon ardent

Une autre méthode consiste à broyer les substances au mortier pour en faire de la poudre fine, puis la faire brûler sur des petits charbons incandescents (les mêmes qui sont utilisés pour la chicha) posés sur du sable ou sur une grille. Une pointe de couteau suffit à dégager une belle fumée aromatique.
Cette manière demande plus de temps. Je m’y adonne lorsque j’ai envie ou besoin de prendre du temps pour moi, de me faire mon petit rituel perso. Le dégagement de fumée est également plus important que pour la méthode précédente, j’aime donc l’utiliser à l’exterieur et si je la pratique à l’intérieur, j’ouvre toujours une fenêtre.

Je choisi quelques plantes dans mon bibliothèque à senteur, à l’instinct. En les passant au mortier, je sens déjà leur odeur, leur présence. J’allume le charbon, j’attends de ressentir sa chaleur et qu’il dégage toute sa puissance. C’est alors que je dispose délicatement un peu du mélange déjà préparé sur le charbon rouge vif. Une magnifique fumée s’en dégage, je me laisse pénétrer par les odeurs et les sensations.

Confection de bâtons d’encens

À partir de poudres de résines, de plantes et de bois, vous pouvez confectionner des bâtons d’encens vous-même. C’est ce que j’enseigne durant mes ateliers de fabrication d’encens. Les bâtons que je fais ressemblent aux bâtons tibétains, ils n’ont pas de tige en bois en centre. Ils sont constitués uniquement de poudre agglomérée. Une fois le mélange réalisé, je rajoute un peu d’eau pour faire une pâte et je “roule” les bâtons. Après quelques jours, ils auront durcit et ils seront prêts à être utilisés.

Bâton d'encens fabriquer à la main. Cueilleurs Sauvages.

Ici, le mélange n’est pas laissé au hasard, car le bâton doit tenir d’une pièce et être autocombustible. La part de résine doit être d’environ 1/3. Un autre tiers sera constitué de bois et l’autre tiers de plantes. Cette proportion permettra à l’encens d’être autocombustible sans rajouter quoi que ce soit. Amusez-vous à tester divers mélanges! Il n’y a aucune limite à votre créativité.

Quelles matières premières utiliser?

Voici une liste de plantes locales que vous pouvez utiliser dans vos mélanges d’encens.

Les résines, et comment les récolter

Dans nos contrées, les substances les plus intéressantes que vous pouvez récolter et utiliser sont les résines, de n’importe quel résineux. La résine ne doit pas être confondue avec la sève. C’est une substance produite par certains arbres lorsqu’ils ont été blessés. La résine coule à l’intérieur et autour des blessures pour les colmater et éviter les risques d’infection. Respectez l’arbre! Ne prenez que ce qui coule autour de la blessure! Car celle-là, il n’en a pas besoin.

Voici quelques résineux qui poussent en Europe:

  • Épicéa, ou sapin rouge
  • Sapin blanc
  • Pins, sylvestre ou autre pin
  • Mélèze
  • Genévrier
Ma bibliothèque à senteur pour fabriquer de l'encens maison. Cueilleurs Sauvages.
Ma bibliothèque à senteur pour fabriquer de l’encens maison.

Vous avez probablement déjà pesté contre une tâche de résine sur un pantalon après un pique-nique en forêt. Dur dur à enlever n’est-ce pas! Comment récolter les résines sans que cela colle partout? Facile! Prenez un tupperware, placez-y du papier cellophane au fond. Un vieux couteau fera l’affaire pour la récolte.

Cette résine sera tantôt dure (vielle) ou liquide (récente). En fonction de l’usage que je vais en faire, je vais devoir la sécher. Si je compte l’utiliser sur un brûle-encens, je peux l’utiliser fraiche. Par contre, si je compte l’utiliser pour confectionner un bâton d’encens, la résine doit être bien sèche. Et là, il faut s’armer de patience, car cela va prendre entre 6 à 12 mois… si si… Le critère pour savoir si elle est sèche est de pouvoir la passer au mortier et qu’elle se désintègre en poudre fine sans coller. Pour ce faire, je l’enveloppe dans du papier cellophane et l’oublie dans un endroit le chaud et sec. N’oubliez pas de notre sur un papier la date, le lieu et l’espèce de l’arbre, car après 6 mois, vous aurez probablement oublié ce qu’il y a dans vos boites.

L’attente sera récompensée croyez moi, car ces résines dégagent une odeur incomparable! Et comme vous les aurez récoltées vous-même, elles auront une valeur inestimable. Mes résines sont parmi les choses auxquelles je tiens le plus à la maison!

Les bois, écorces et racines – parties dures des plantes

Les bois et écorces des résineux ont également de belles odeurs. Ils constituent la base rigide de mes bâtons d’encens, tout comme les racines. Je les utilise en poudre. Pour ce faire, vous pouvez prendre une branche et la râper avec une râpe à muscade. Cela demande pas mal de l’huile de coude et de temps. Ou vous pouvez allez chercher de la sciure de bois chez un menuisier ou une scierie. N’oubliez pas de demander de quel bois il s’agit et ne prenez que du bois massif, pas de contre-collé!

De nombreuses racines peuvent aussi être utilisées. Par exemple la racine de benoite urbaine (Geum urbanum) a une odeur de clou de girofle! Elle contient le même principe actif, l’eugénol, bien qu’en proportion plus faible. On raconte qu’elle était utilisée en cas d’exorcisme.

  • Bois et écorces des résineux (sapin, pin, épicéa, mélèze)
  • Racines d’angélique sylvestre ou archangélique (odeur très aromatique)
  • Racines de benoite urbaine (odeur de clou de girofle)
  • Racine d’autres plantes médicinales: grande aunée, valériane officinale

Les plantes – parties souples des plantes

La 3e composante d’un mélange peut être une plante séchée et réduite en poudre. De nombreuses plantes médicinales (je dirais même la plupart) étaient considérées comme étant sacrées et utilisées en fumigation. Donc la liste peut être donc longue.

La plante peut avoir une belle odeur une fois brûlée, comme la sauge ou non. Elle peut simplement avoir sa place dans votre mélange parce qu’elle vous plait et que ses propriétés ou sa symbolique vous parlent, sans qu’elle n’apporte une odeur particulière.

Les aiguilles des résineux, séchées et réduites en poudre, dégagent une odeur puissante! Vous pouvez les utiliser sur un brûle-encens à la place des résines.

Voici quelques plantes que j’aime bien utiliser:

  • Millepertuis perforé
  • Verveine officinale
  • Armoise commune
  • Aspérule odorante
  • Baies de genièvre
  • Aiguilles de sapin blanc ou autre résineux

Les épices

De nombreuses épices de votre cuisine peuvent être rajoutées à un mélange, comme la cannelle, le girofle ou encore les graines de coriandre. Testez et amusez-vous!

Faut-il faire un rituel particulier?

Tout dépend de ce que l’on entend par rituel. Personnellement, je ne fais pas de rituel ésotérique complexe, car j’aime la simplicité. L’utilisation de l’encens peut être aussi simple ou sophistiquée que vous le souhaitez. Il n’y a pas de juste ou de faux. Elle sera simplement à votre image et c’est parfait.

Les Risques de l’utilisation de l’encens

Il existe des risques à utiliser de l’encens fabriqué soi-même. Premièrement, vous pouvez vous tromper de plante et utiliser une plante toxique (d’ailleurs certains le feront exprès). Vous pourriez par exemple confondre le sapin blanc avec l’if, qui est hautement toxique. N’oubliez pas que la chaleur de l’encens et sa combustion va dissiper les principes actifs de celle-ci dans l’air. Certaines plantes toxiques peuvent être allergènes ou psychotropes. N’utilisez donc pas de plantes toxiques, et si vous avez un doute durant la cueillette, abstenez-vous!

L’autre risque est lié à l’inhalation des fumées. De nombreuses études ont été réalisées, notamment en Asie, et ont démontré l’impact négatif que peut avoir l’encens sur la santé: augmentation de la pression sanguine, risque de mortalité due à un accident cardiovasculaire et risques liés de divers types de cancers. Ces études ont été réalisées dans des pays qui consomment de l’encens quotidiennement.

Ce qu’il faut retenir: ne vous enfumez pas! Aérez votre lieu de vie une fois l’encens brûlé pour évacuer les fumées. Les bonnes odeurs resterons à l’intérieur.

Atelier de fabrication d’encens

Les ateliers de fabrication d’encens naturel en image. Un moment convivial en bonne compagnie!

Le meilleur livre sur l’encens

Suzanne Fischer-Rizzi, Le guide de l’encens, Gange Editions.

Ce livre m’a été mis entre les mains il y a plusieurs année de cela et c’est lui qui m’a fait crocher. L’auteure a fait un énorme travail de recherche et ne s’est pas cantonnée à une seule tradition, puisque chaque chapitre vous présente une culture différente: utilisation, produits utilisés et exemples de mélanges. Il est simple, complet et magnifiquement illustré.

Il n’est malheureusement plus édité, d’où son prix exhorbitant sur amazon. Je me suis donc permis de le scanner et de vous le proposer gratuitement en téléchagement.

Références

Suzanne Fischer-Rizzi, Le guide de l’encens, Gange Editions.
Susanne Berk, Encens, Usages, effets, rituels. Marco Editions
Long-term incense use and the risk of end-stage renal disease among Chinese in Singapore: the Singapore Chinese health study. BMC Nephrol. 2019; 20: 9. Published online 2019 Jan 9. doi: 10.1186/s12882-018-1186-9

Découvrez comment récolter et utiliser des matières végétales (résines, feuilles, fleurs...) pour faire de l'encens vous-même. Cueilleurs Sauvages.
Vous avez aimé cet article? Inscrivez-vous à ma newslettre!
S'inscrire

Learn About This Author

Michaël Berthoud

Facebook

Je suis passionné par les plantes sauvages et leurs usages depuis dix ans. Laissez-moi être votre guide pour bien démarrer dans ce monde passionnant. Je vous donnerai de bons conseils et des critères sûrs pour débuter ou confirmer vos connaissances.

Commentaires 8

  1. Merci de tout cœur pour votre cours, j’ai appris vraiment beaucoup avec votre expérience et explications.
    Un grand Merci particulier d’avoir mis à disposition le livre de référence à tous qui sont intéressés !

    1. Post
      Author
  2. Bonjour Michaël,

    J’ai découvert votre page un peu au hasard et je dois vous avouer personnellement que je n’y ai trouvé que du bonheur. Rien qu’à vous lire, je pouvais déjà sentir chaque ingrédient pour la confection de l’encens.
    Je vous remercie également pour le téléchargement gratuit de ce livre sur l’encens, et pour votre guide sur les plantes.

    Je vous souhaite la plus belle des continuations.
    Que cette belle journée vous accompagne.

    Françoise

    1. Post
      Author
  3. Bonjour M.r MICHAËL BERTHOUD,
    d’abord merci beaucoup pour ces bons renseignements que vous donnez si généreusement dans ces pages, ma question peut etre un peu bete est la suivante:
    pouvez-vous s.v.p. mes donner des methodes simples pour faire de l’encens à bruler dans un encensoir pendent une liturgie catholique? (donc un parfum qui ne sent pas trop l’erbe)
    est-il possible de faire ce type d’encens chez soi? merci d’avances, bonne continuation dans votre art, Teo.

    1. Post
      Author

      Bonjour Téo,

      Je ne suis pas un spécialiste des mélanges utilisé dans les rituels catholiques, mais je sais que les résines les plus utilisées sont la myrrhe et l’oliban (appelé encens dans le monde chrétien). Vous les trouverez facilement dans les sites spécialisés. Vous y trouverez également des mélanges déjà préparés avec des noms comme “encens roi mages”.
      Belles découvertes.
      Michaël

  4. Bonjour Michael,

    Je me lance dans la fabrication de mon propre encens fait maison mais ne trouve pas de bâton neutre pour y mettre ma pate d’encens . Serais tu me conseiller?
    Bien a toi
    Nadia de Belgique

    1. Post
      Author

      Bonjour Nadia,

      Dans ma manière de faire, je n’utilise pas de bateau neutre, donc je ne peux pas de conseiller. La pâte tiens d’elle même grâce aux résines.

      Si tu n’en trouves pas, essaye avec des bâtons à brochettes ou mieux avec des petites branchettes de sapin récoltées toi-même!

      Michaël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *