Ortie dioïque de l'herbier de Leonard Fuchs

L’ortie dioïque

Michaël Berthoud Fiches plantes, La pharmacie secrète de dame nature, Recettes Leave a Comment

Aïe! Ca fait mal! Encore une piqûre... J'étais en train de cueillir de jeunes pousses de stellaire et je ne l'ai pas vue. Cette petite feuille d'ortie qui attendait tranquillement ma venue entre les autres herbes. C'est toujours de cette manière que l'ortie me pique, à l'imprévu, sans crier gare. Heureusement, un cataplasme de feuilles de plantain fraichement cueilli et rapidement appliqué supprimera la démangeaison.

Article publié en partie dans le journal de phytothérapie "La pharmacie secrète de dame nature",
N°11, juillet 2018.

Journal de phytothérapie

Nom Ortie dioïque, ortie commune, grande ortie
Nom latin Urtica dioica
Famille Urticacées
Cueillette Avril-octobre
Floraison Juin-septembre
Milieu Décombres, broussailles, sols riches en matières organiques

Prochaines activités

Qui aime bien châtie bien !

Que de souvenirs d’enfance douloureux elle aura laissés… un cache-cache en short qui finit dans un champ d’orties, et c’est le drame ! Ces moments semblent si traumatisants que même les adultes les plus braves la redoutent ! Mais je crois qu’elle nous aime bien. C’est sa manière à elle de nous montrer son affection. Elle est simplement un peu caractérielle…

D’ailleurs, nos ancêtres ne se sont pas trompés car elle a été à nos côtés depuis des temps reculés. Une précieuse alliée, tant comme aliment que comme médicament.

L’ortie a tellement à nous offrir ! C’est une plante si nutritive qu’elle mériterait plus de place dans nos assiettes. Commune dans toute l’Europe, on la trouve également en Asie et aux États-Unis, où elle aime les sols frais et humides, riches en éléments nutritifs. Elle témoigne souvent d’une présence humaine actuelle ou passée, comme les bords de chemins, de maisons et d’alpages.

Comment cueillir et manger une feuille d’ortie sans se piquer

Ses feuilles sont opposées et recouvertes de poils urticants qui sont en réalité des tubes creux terminés par un crochet en silice. Ils se cassent au moindre contact et injectent la fameuse substance urticante dans la peau. Si vous les observez bien, vous remarquerez qu’ils sont tous orientés : la pointe se dirige vers l’extérieur de la feuille.

Il est donc possible de cueillir une feuille et de la caresser sans casser les poils, donc sans se piquer ! Eh oui ! Les participants de mes cours sont souvent incrédules, mais il est même possible de manger une feuille crue, simplement en en faisant une boule et en la malaxant bien !

Imitez les Hommes de Cro-Magnon

L’ortie est un excellent légume sauvage et aurait déjà été consommée depuis les populations préhistoriques jusqu’au XVe siècle. Elle est carrément tombée dans l’oubli au XIXe pour connaître un regain d’intérêt ces dernières années.

On cueille traditionnellement les quatre dernières feuilles de la tige, celles qui sont vert tendre. Dans la pratique, je cueille souvent aussi les feuilles plus âgées. Je prends garde tout de même à ne pas prélever les feuilles trop foncées dont la teneur en minéraux serait néfaste pour les reins.

J’ai remarqué que l’ortie pique plus par temps sec que par temps humide. Les jeunes feuilles sont également moins dangereuses.

La réputation de la soupe d’ortie n’est plus à faire, mais l’ortie est aussi excellente cuite en légume à la façon des épinards, en tarte salée ou sucrée, ainsi que crue !

Osez la salade d’ortie, vous ne le regretterez pas !

Feuilles d'ortie dioïque

Feuilles d'ortie dioïque.

Une bombe dans votre salade

La salade d’orties est une bombe nutritive ! Consommez-en régulièrement et vous éviterez certainement de tomber malade. Pour cela, repérez un joli champ d’orties, loin des chemins parcourus par les chiens.

·      Prélevez la quantité désirée pour votre salade avec des gants. Les quatre dernières feuilles sont plus tendres et doivent être vert clair.

·      Lavez les feuilles soigneusement et hachez-les le plus finement possible. Vous pouvez également utiliser un robot mixeur. Les feuilles doivent être hachées aussi finement que pour faire un pesto, sinon gare aux piqûres sur la langue…

·      Préparez une sauce à salade généreuse. La plante hachée doit être gorgée de liquide pour perdre son piquant.

·      Dégustez ! Vous aurez un peu d’appréhension au début, c’est normal. Après la première bouchée, vous serez conquis.

7 fois plus de vitamines que l’orange

L’ortie est un aliment surprenant ! Ses feuilles sont riches en de nombreuses substances nutritives… et en grandes quantités ! Vitamines A et C, protéines, calcium, potassium, sodium, soufre, fer, silicium, manganèse, cuivre…

Tenez-vous bien ! L’ortie contient sept fois plus de vitamines que l’orange et trois fois plus de fer que les épinards !

Personnellement, j’en ai en abondance dans mon jardin et j’essaie d’en consommer toutes les semaines. C’est gratuit et largement supérieur au bio du commerce, alors pourquoi m’en priver ?

Jeunes feuilles d'ortie

Jeunes feuilles d'ortie, les tubes urticants sont bien visibles sur les feuilles et la tige.

 

Une pharmacie à elle toute seule

Les propriétés médicinales de l’ortie sont si vastes qu’elle mériterait une encyclopédie à elle toute seule. Tonique et nourrissante comme nous l’avons vu, elle est aussi digestive, dépurative (qui élimine les toxines), antihémorragique (en cas d’hémorragie) et antihistaminique (contre les allergies). Elle est utilisée en cas d’anémie, de rhumatismes, pour lutter contre les allergies saisonnières et en cure reminéralisante.

Infusion de magnésium

Une infusion correctement dosée peut fournir jusqu’à 200 mg de magnésium par jour, soit environ la moitié de l’apport quotidien recommandé pour un homme.

·      Infuser 20 à 30 g de feuilles sèches, ou 100 g de feuilles fraiches dans 1 litre d’eau.

·      Filtrer et boire la tisane durant la journée.

Cette infusion peut également être prise en prévention des allergies saisonnières. Commencez à la prendre quotidiennement avant les épisodes allergiques et pendant.

Contre-indications

Cette infusion doit être évitée par les personnes qui ont une tension basse, car son effet diurétique peut provoquer un effet hypotenseur. Elle doit également être évitée en cas de prise prise d'anticoagulants, en cas d'insuffisance rénale et d'excès de fer.

Recette traditionnelle pour de beaux cheveux

Voici une recette traditionnelle utilisée pour faire croître les cheveux, enrayer leur chute et lutter contre les pellicules.

Préparez une alcoolature de racines d’ortie et d’origan :

·      Faites macérer durant 2 semaines 60 g de racines d’orties avec 60 g de feuilles d’origan dans 1 litre d’alcool à 50°

·      Placez le bocal dans un endroit à l’abri de la lumière

·      Veillez à ce que l’alcool recouvre bien toutes les plantes (lestez avec un objet plat et lourd si besoin)

·      Filtrez et presser le marc avec un presse-purée.

Diluez 3 cuillérées à soupe de l’alcoolature dans 250 ml d’eau et appliquez sur le cuir chevelu en massant pour faire pénétrer.

Références

  • InfoFlora, *Urtica dioica*, www.infoflora.ch
  • Paul-Victor Fournier, Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France, Omnibus.
  • François Couplan, Le régal végétal, Sang de la Terre, 2015.
  • Jean Valnet, La Phytothérapie, Se soigner par les plantes, Le Livre de Poche, Editions Vigots, 2001
  • Fleischauer, Guthmann, Speilgelberger, Plantes sauvages comestibles, 50 plantes essentielles et leurs usages, Ulmer, 2018
  • Christophe Bernard, Altheaprovence, *Ortie*, https://www.altheaprovence.com/blog/ortie-urtica-dioica-urens/
  • Paul Bergner, The mineral content of herbal decoctions, Medical Herbalism 07-31-97 9(2): 6-8, http://medherb.com/Materia_Medica/The_Mineral_Content_of_Herbal_Decoctions_.htm

Partagez ce post!

No Comment.