L’égopode podagraire

Michaël Berthoud Fiches plantes, La pharmacie secrète de dame nature, Recettes Leave a Comment

L’égopode fait partie de ces plantes que la plupart des jardiniers haïssent. D’abord peut abondante, il suffit de la laisser tranquille quelques années et le voilà colonisant le jardin. Plus on le coupe, plus il pousse... Que faire, me direz-vous ? Hé bien mangez-le ! Réjouissez-vous, car c’est un excellent légume sauvage.

 

Article publié en partie dans le journal de phytothérapie "La pharmacie secrète de dame nature",
N°10, juin 2018.

Journal de phytothérapie

Nom Egopode, podagraire, herbe aux goutteux
Nom latin Aegopodium podagraria
Famille Apiacées (comme la carotte)
Cueillette Avril-octobre
Floraison Mai-septembre
Milieu Lieux incultes, jardins, lisières, forêts, lieux ombragés

Prochaines activités

Un envahisseur méconnu…

L’égopode a également colonisé mon jardin. Pas partout, seulement sous l’ombre du grand épicéa. Là où le sol est plus frais et moins ensoleillé. Selon Wikipédia « c'est une plante très envahissante, dont il faut se méfier ». Se méfier ? Moi je l’adore ! À proximité poussent de l’ortie, du lierre terrestre et de l’alliaire. Un petit coin de nature dont je ne m’occupe pas, et qui me fournit de quoi manger en abondance et me soigner. Quelle chance !

« C'est une plante très envahissante, dont il faut se méfier »

Wikipédia

Pour le trouver en dehors de mon jardin, c’est en forêt que je le cherche, dans les sous-bois ombragés où poussait l’ail des ours plus tôt dans l’année, ainsi qu’au bord des lisières et des chemins forestiers. Là aussi, il pousse en colonie grâce à ses rhizomes, qui sont des parties souterraines qui lui permettent de stocker de l’énergie et de faire des rejets. C’est une plante commune en Europe, en Sibérie, dans le Caucase et jusqu’en Asie centrale !

Il fait partie de la famille des apiacées (anciennement ombellifères) tout comme le céleri et la carotte. Cette famille contient de nombreuses plantes toxiques également. Cependant, les feuilles de notre légume sauvage sont caractéristiques. Elles sont divisées en trois parties, elles-mêmes divisées en trois. Cette forme particulière lui a valu son nom commun, égopode signifiant « pied de chèvre » en latin.

Voici d’autres particularités pour ne pas le confondre : ses feuilles sont finement dentées, la plante est entièrement glabre (sans poils) et sa tige n’est pas ronde, mais a une forme de « V ». Finalement, lorsque je froisse une feuille entre mes mains, il se dégage une très agréable odeur d’agrume.

C’est donc une plante aromatique qui fait un excellent légume. C’est un des plus nourrissant et abondant que je connaisse. Les jeunes feuilles cueillies entre les mois d’avril à juin, lorsqu’elles sont encore tendres et brillantes, sont excellentes crues. Elles parfument agréablement les salades et pestos, ainsi que les soupes et les risottos si elle est rajoutée en fin de cuisson.

Lorsqu’elles perdent leur brillance, mais qu’elles sont encore vert tendre, elles se cuisent en gratin, en quiches et autres soufflés. L’ombelle (le regroupement des fleurs) peut même être cuite en beignet. L’automne venu, de nombreuses repousses nous permettrons de le réutiliser en salade. Bref, l’égopode mériterait d’être l’allié du jardinier plutôt que son ennemi !

Feuille d'égopode adulte. Elle a une feuille triangulaire, divisée en trois, puis de nouveau en trois.

L’herbe aux goutteux : pour tous ceux qui souffrent des articulations

Ses surnoms de « podagraire » et « herbe au goutteux » viennent de ses propriétés médicinales. Effectivement, cette ombellifère a été utilisée par le passé pour soulager la « podagre », affection de la goutte aux pieds, qui se caractérise par une inflammation des articulations, en général celle du gros orteil.

Ce sont les fruits ou les feuilles qui étaient appliquées en externe sur les parties endolories par la goutte, sous forme de cataplasme. Grâce à ses propriétés vulnéraires, il peut également être appliqué sur des plaies et piqûres, favorisant ainsi leur cicatrisation et la guérison.

Des études récentes montrent qu’une utilisation de la teinture d’égopode pourrait aider à lutter contre le diabète. Les tests cliniques n’ont pas encore été réalisés chez l’homme, mais son utilisation en parallèle aux traitements classiques augmenterait l’efficacité de ces derniers.

Toutes jeunes feuilles encore brillantes et luisantes. Le jardinier chanceux d'en avoir chez lui n'aura qu'à le faucher pour avoir des jeunes repousses de mars à octobre.

Un bain de pied vraiment… étonnant

L’infusion d’égopode prise sous forme de bain de pieds aide à soulager une crise de goutte. Préparer un demi-litre d’infusion de plantes fraiches : 2 bonnes poignées de feuilles dans de l’eau à 85°C durant 10 à 15 minutes. Il n’y a pas de quantité spécifique, mais l’infusion doit être concentrée et avoir une belle couleur vive.

Versez le mélange dans une bassine et placez-y les membres endoloris. Vous pouvez remplacer les feuilles d’égopode par des fleurs de reine des près (Filipendula ulmaria) que l’on trouve plus facilement en herboristerie.

N’oubliez pas, les crises de gouttes sont souvent dues à une alimentation trop copieuse : excès d’alcool, de viande, de poisson et de fruits de mer. Ceci contribue à une mauvaise élimination de l’acide urique par les reins. Utiliser une plante peut soulager, mais ne vous guérira pas si votre mode de vie de change pas lui non plus !

Quiche à l’égopode (et une tisane contre les rhumatismes)

Voici une recette d’égopode simple et rapide à réaliser. Les feuilles ne doivent pas être trop vielles, c’est-à-dire encore vers tendre.

Ingrédients

  • 500g de jeunes feuilles d’égopode
  • 4 œufs
  • 250g de crème fraiche
  • 100g de fromage râpé
  • Une pâte à tarte
  • Sel et poivre

Marche à suivre

  1. Blanchir les feuilles d’égopode, les essorer et récupérez l’eau. Vous pouvez boire cette tisane aux propriétés antirhumatismales.
  2. Battre les œufs et les mélanger à la crème, salez et poivrez.
  3. Coupez les feuilles blanchies et les mélanger aux œufs et à la crème.
  4. Disposer une pâte dans un moule et y déposer le mélange, saupoudrer de fromage.
  5. Cuire au four préchauffé à 180°C durant 40 min.

Références

  • InfoFlora, Aegopodium podagraria, www.infoflora.ch
  • Paul-Victor Fournier, Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France, Omnibus.
  • Couplan et E. Stynewr, Les plantes sauvages comestibles et toxiques, Delachaux et Niestlé.
  • The influence of goutweed (Aegopodium podagraria L.) tincture and metformin on the carbohydrate and lipid metabolism in dexamethasone-treated rats. O. V. Tovchiga. BMC Complement Altern Med. 2016; 16: 235. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4957838/
  • L’herbier à Croquer, François Couplan, Edition Favre.
  • Les recettes secrètes de mon herboriste, Christophe Bernard, Edition la source de vie.
  • Ligue Suisse contre les rhumatismes. Consulté le 30 avril 2018. https://www.ligues-rhumatisme.ch/rhumatismes-de-a-a-z/goutte

Partagez ce post!

No Comment.