Featured image for “Comment conserver les plantes sauvages”

Comment conserver les plantes sauvages

ThÚmes: 
Michaël Berthoud
/
4 octobre 2019

Sirops, pestos, lactofermentations, conserves, boissons, sĂ©chage
 les maniĂšres de conserver les plantes sauvages ne manquent pas. C’est mĂȘme tout l’art du cueilleur, de pouvoir profiter de ses rĂ©coltes toute l’annĂ©e durant, mĂȘme en hiver. Tour d’horizon des principales mĂ©thodes.

GUIDE DES
PLANTES SAUVAGES
COMESTIBLES!

Téléchargez votre guide PDF gratuit et reçevez des conseils de cueillettes chaque mois! 
JE LE VEUX!
Vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Si vous rĂ©coltez dĂ©jĂ  des plantes sauvages, vous savez que certaines ont une courte pĂ©riode de cueillette. ConsommĂ©es immĂ©diatement, il vous faudra des fois attendre 1 annĂ©e pour en profiter Ă  nouveau. Quel dommage, d’autant plus qu’il existe de nombreuses mĂ©thodes de conservation.

Faire ses rĂ©serves, c’est aussi ĂȘtre connectĂ© aux saisons. En pĂ©riode automnale, je ressens une fiĂšvre d’activitĂ© qui me pousse Ă  rĂ©colter et prĂ©parer mes plantes pour en profiter durant l’hiver qui approche, tout comme les animaux qui activent Ă  s’engraisser et faire des rĂ©serves.

Conserver les plantes par séchage

Le sĂ©chage est la maniĂšre la plus simple de conserver une plante (feuille, tiges, fruits racines), mĂȘme si elle n’est pas toujours Ă©vidente. Il doit se faire dans un endroit sec, rapidement et si possible Ă  l’abri de la lumiĂšre. On sait quand il est terminĂ© lorsque les feuilles deviennent cassantes. Si elles ont noirci, c’est qu’elles se sont oxydĂ©es, vous pouvez alors les jeter, car elles ont probablement pris l’humiditĂ© ou un excĂšs de lumiĂšre.

Il existe plusieurs maniÚres de procéder, il vous faudra tester celle qui est adaptée à votre habitat. En voici quelques-unes:

Pendre un bouquet

Une mĂ©thode simple et pratique pour les grandes plantes Ă  tiges, consiste Ă  pendre plusieurs tiges. Veuillez Ă  ne pas faire des bouquets trop grands, l’air doit pouvoir circuler. L’endroit doit ĂȘtre bien sec ou au dessus d’une source de chaleur, comme un poĂȘle Ă  bois dans la photo ci-dessous.

Séchage de plantes sauvages en bouquet et déshydratation au feu de bois.
Séchage de plantes sauvages en bouquet et déshydratation au feu de bois.e de plantes médicinales

Les déposer sur un linge

Vous pouvez dĂ©poser les feuilles Ă©queutĂ©es, sur une table, sur le lit d’une chambre d’ami, un meuble. Il faut simplement ne pas superposer les feuilles pour qu’elles sĂšchent bien.

Fabriquer des claies de séchage

C’est mĂ©thode que j’ai choisi. J’ai libĂ©rĂ© 2 grands tiroirs dans un meuble et construits 3 claies par tiroir. J’ai ainsi une grande surface de sĂ©chage dans un minimum d’espace (j’habite dans un appartement au moment ou j’écris ces lignes).

C’est une mĂ©thode optimale si vous avez l’espace et que vous ĂȘtes un brin bricoleur. Elles sont constituĂ©es d’un cadre en bois entourĂ© de moustiquaire. J’ouvre les tiroirs durant la nuit et les ferme durant la journĂ©e.

Conserver par déshydratation au four

La dĂ©shydratation avec un four dĂ©diĂ© (pour les fruits secs, les champignons) est aussi possible, pour autant que celui-ci ventile suffisamment. J’ai dĂ©jĂ  eu de mauvaises expĂ©riences avec un four qui ne brassait pas assez l’air. Une masse d’air chaude et humide restait dedans, causant l’oxydation rapide de mes plantes.

Lactofermentation, ancienne méthode pour conserver les aliements

C’est une mĂ©thode ancestrale de conservation des aliments, dont la choucroute est un exemple. La fermentation est une transformation de la matiĂšre organique dans un milieu anoxique, c’est-Ă -dire sans oxygĂšne. Contrairement Ă  ce que l’on pourrait penser, il n’y a aucune production de lait, mais d’un acide dit “lactique”. En gros, cela permet d’avoir des conserves d’aliments qui se conversent plusieurs annĂ©es.

La mĂ©thode consiste Ă  placer les plantes ou fruits sauvages (elle fonctionne bien sĂ»r avec n’importe quel lĂ©gume) dans un grand bocal et de recouvrir d’eau salĂ©e (environ 10g/L). AprĂšs quelques heures Ă  tempĂ©rature seulement, la fermentation dĂ©bute et commence Ă  produire du CO2. AprĂšs environ 1 mois, on peut filtrer et mettre dans de petits bocaux. DĂ©couvrez comment conserver les prunelles par lactofermentation.

Lactofermentation de prunelles.
Lactofermentation de prunelles. Elles deviennent rouge aprĂšs 4-5 jours en saumure.
Pickles de prunelles sauvages lacto fermentées
Les prunelles sont les fruits sauvages du prunellier et sont excellentes conservées dans une saumure et consommes en pickles.
Voir la recette
Prunelles fermentées - aprÚs - Cueilleurs Sauvages

Conserver par fermentation alcoolique

De la mĂȘme maniĂšre que l’on fermente le vin et la biĂšre, il est possible de faire des boissons fermentĂ©es aux plantes sauvages. Vins, biĂšres, hydromels, limonades lĂ©gĂšrement alcoolisĂ©es, tout est possible!

Le sujet est vaste et les mĂ©thodes nombreuses. Pour une boisson lĂ©gĂšrement alcoolisĂ©e, on peut partir d’une macĂ©ration de plantes Ă  froid dans de l’eau, ou bien partir d’une infusion ou d’une dĂ©coction si la plante le demande.

À partir de ce liquide, qui contient des arĂŽmes et des principes actifs, on rajoute du sucre et soit l’on rajoute une levure en sachet (levure de biĂšre, de champagne, de vin
) soit on laisse la nature faire. Effectivement, de nombreux vĂ©gĂ©taux contiennent des levures naturellement, donc la prĂ©paration fermentera par elle-mĂȘme.

Conserver les plantes dans l’huile

L’huile permet de conserver les aliments de maniĂšre assez durable. Le pesto en est un bon exemple. En gĂ©nĂ©ral, je ne rajoute pas grand-chose aux miens, juste un peu de sel et de poivre. Ceci me permet de bien conserver le goĂ»t de la plante car pour moi avant tout une maniĂšre de les conserver.

J’évite de les conserver plus d’une annĂ©e, mĂȘme si on peu les garder plus longtemps au frais et sans ĂȘtre ouverts. Mieux vaut donc prĂ©parer de petits pots!

Sucre: sirop, gelées, confitures

Un liquide sucrĂ© permet aussi la conservation. Le principe est toujours le mĂȘme pour ce genre de prĂ©paration. On fait infuser la plante dans l’eau pour en extraire les arĂŽmes et/ou les principes actifs. Pour les plantes plus “fragiles” (fleurs de sureau, menthes 
), on prĂ©fĂšre une macĂ©ration Ă  froid qui prĂ©serve mieux les arĂŽmes subtils. Pour les plantes plus coriaces comme les cynorhodons, une dĂ©coction sera plus appropriĂ©e.

Pour une conservation optimale, la quantitĂ© de sucre doit ĂȘtre appropriĂ©e. A voir dans la recette du sirop de cynorhodons.

Ce liquide, une fois le sucre rajouté, peut servir à préparer un sirop, une gelée ou une confiture. Ces préparations, si elles sont bien faites, bien stérilisées, remplies à chaud et à ras bord, peuvent se garder plusieurs années au frais.

Le sucre permet Ă©galement de confire des plantes, comme les fameuses tiges d’angĂ©lique confites.

MacĂ©ration dans l’alcool

L’alcool est un des meilleurs conservateurs, il a d’ailleurs la propriĂ©tĂ© d’extraire trĂšs bien les principes actifs d’une plante. Voici quelques exemples de ce que vous pouvez faire chez vous par macĂ©ration d’une plante durant 1 ou 2 semaines.

  • Vin aromatisĂ© aux plantes sauvages. Si la quantitĂ© de plantes est importante, on pourra les qualifier de “vins mĂ©dicinaux”.
  • Alcools forts: on les appelle “elixirs”
  • Teintures: ce sont des macĂ©rations de plantes dans de l’alcool. Le but Ă©tant d’extraire les principes actifs de la plante pour profiter de ses vertus mĂ©dicinales, comme dans une teinture de plantain pour ses vertus cicatrisantes.

Testez les vins et Ă©lixirs Ă  l’aspĂ©rule odorante, la gentiane jaune, la benoĂźte urbaine, l’angĂ©lique des bois
 Plus le taux d’alcool est important, plus la prĂ©paration se garde longtemps.

Teinture de plantain lancéolé. Cueilleurs Sauvages

Macération dans le vinaigre

Le vinaigre Ă©tant un bon conservateur, j’aime utiliser cette mĂ©thode pour crĂ©er des amuses-bouches comme par exemple:

  • boutons floraux et graines d’ail des ours
  • boutons floraux de pissenlit
  • boutons floraux et tiges de salsifis des champs

Conserver les plantes par congélation

La congĂ©lation est une mĂ©thode trĂšs efficace pour conserver certaines plantes ou partie de plantes. Ce que je trouve pratique, c’est de rĂ©colter au bon moment, et de pouvoir l’utiliser quand j’en ai le temps. Par exemple en pĂ©riode automnale, je cueille les fruits sauvages et les congĂšle de suite, pour les rĂ©utiliser plus tard. Voici quelques exemples Ă  congeler:

  • les fruits sauvages: baies de sureau, cenelles (aubĂ©pine), sorbes (sorbier des oiseleurs), baies de geniĂšvre, cornouilles, pommes sauvages

  • les racines: impĂ©ratoire, angĂ©lique, benoĂźte urbaine
  • feuilles: ne fonctionne pas pour toutes les plantes, il faut tester.
Âœ kg de baies d'aubĂ©pines prĂȘtes Ă  ĂȘtre sĂ©chĂ©es. Cueilleurs Sauvages.
Âœ kg de baies d’aubĂ©pines prĂȘtes Ă  ĂȘtre sĂ©chĂ©es.

Autres méthodes de conservation des plantes sauvages

Il existe encore d’autres mĂ©thodes, que je n’ai pas encore testĂ©es faute de matĂ©riel, comme le fumage ou la conservation sous-vide. N’hĂ©sitez pas Ă  me faire part de vos expĂ©riences!

Des questions?

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à nous contacter!

Inscrivez-vous Ă  notre newsletter
pour ĂȘtre tenu au courant des nouveaux articles et prochains cours.
S'inscrire