Lierre terrestre dans l'Herbier de Fuchs

Lierre terrestre: cueillette et utilisation

Michaël Berthoud Articles sur les plantes sauvages Laisser un commentaire

Le lierre terrestre est une plante commune et pourtant si étonnante. Sa discrétion cache un petit trésor, une senteur sans pareille dont je ne me lasse jamais. De la même famille que le thym et la lavande, son huile essentielle est un fluidifiant des bronches utilisé traditionnellement dans le “thé suisse”.


RECEVEZ VOTRE
GUIDE DES
PLANTES SAUVAGES

DE SUISSE ROMANDE!

Télécharger votre guide PDF gratuit et faite partie de la communauté des cueilleurs de Suisse romande! 
JE LE VEUX!
Ecrit par Michaël Berthoud, Cueilleurs Sauvages.

Article publié en partie dans le journal de phytothérapie “La pharmacie secrète de dame nature”.

LIERRE TERRESTRE
Nom latin Glechoma hederacea
Famille Lamiacée
Floraison Avril-mai
Milieux Prairies, buissons, lisières
Altitude Jusqu’à 2200 m
Abondance Plante abondante et commune
Parties utilisées Feuilles et fleurs
Cueillette D’avril à novembre

Ne le confondez pas avec son homonyme

Si vous me lisez depuis quelque temps, vous avez remarqué que j’aime vous faire découvrir des plantes très communes, celles que vous pouvez trouver facilement au détour d’un chemin. En voici une autre sur laquelle vous avez probablement déjà marché ! Le lierre terrestre, Glechoma hederacea, est une petite plante rampante commune dans les jardins, les champs et les lisières. Il ne faut pas la confondre avec le lierre grimpant qui utilise les arbres comme support de développement : elles n’ont pas de parenté et ne partagent que le nom.

Le lierre terrestre est une plante abondante dont la cueillette ne pose pas de problème, comme le montre la carte de répartition InfoFlora.

Lierre terrestre dans un sous-bois. Cueilleurs Sauvages.
Le lierre terrestre est une plante commune des sous-bois, frais et mi-ombragés.

Ses tiges sont complètement couchées et peuvent faire jusqu’à 60 cm de longueur. Elles donnent des rejets ainsi que des rameaux dressés qui portent les fleurs. Celles-ci sont petites, 2 à 3 cm, et d’un violet clair. Elles sont qualifiées de labiées, c’est-à-dire qu’elles possèdent une lèvre inférieure qui pend, et elles ressemblent à un petit visage ou à une gueule. Les feuilles, quant à elles, opposées par deux, ont une forme de rein avec des dents arrondies. Autres critères importants pour l’identifier : le lierre terrestre a une tige carrée ainsi que des poils.

5 critères pour reconnaître le lierre terrestre

Utilisez tous vos sens

Si je vois ces quatre critères –

1. feuilles opposées
2. tige carrée
3. présence de poils
4. fleurs labiées

– je sais que je suis en présence de la famille des Lamiacées, celle des plantes aromatiques. Mon réflexe est alors de prendre une feuille, de la froisser, et là mon nez ne peut s’y méprendre. Je reconnait le 5e critère pour reconnaître le lierre terrestre: son odeur aromatique atypique! L’odorat est une sens qui peut être très utile en botanique !

La famille des Lamiacées est facile à reconnaître avec ces quatre critères et contient bien d’autres plantes aromatiques : menthe, thym, mélisse, lavande, etc.

Cueillette du lierre terrestre

Carte de répartition du lierre terrestre en Suisse. Info Flora.
Carte de répartition du lierre terrestre en Suisse. C’est une plante abondante dont la cueillette ne pose pas de problème. Info Flora.

Le lierre terrestre se récolte d’avril à novembre. Il fleurit au printemps, c’est là que ses feuilles dégagent son plus bel arôme. Mais fort heureusement, et contrairement à bien d’autres plantes, ses feuilles gardent une odeur durant toute sa période de croissance. Je l’utilise ainsi jusqu’en octobre-novembre.

Pour l’aspect culinaire, au printemps, je récolte tiges-feuilles-fleurs et j’utilise le tout. Après la floraison, je ne consomme plus que les feuilles car les tiges deviennent rigides.

Mettez un peu de printemps dans vos salades

L’odeur fortement aromatique du lierre quand on froisse ses feuilles en fait un excellent condiment. Il faut l’utiliser frais car elles perdent leur odeur au séchage. Vous pouvez récolter les feuilles durant presque toute l’année, même si c’est au printemps que l’odeur est la plus subtile et les fleurs décorent magnifiquement bien les plats.

J’aime le rajouter aux salades qu’il parfume agréablement et c’est un classique des apéros sauvages. L’infusion est également très bonne, on en prépare une rafraichissante boisson d’été.

Un fromage au lierre ? Goûtez avant de faire la grimace !

Voici une idée de tapas au lierre terrestre pour diversifier vos apéros. Vous surprendrez vos invités avec un fromage fait maison, coloré et agréablement aromatisé.

  1. Récoltez quelques poignées de rameaux (avec feuilles et fleurs, ou simplement les feuilles).
  2. Enlevez les tiges dures et réservez les fleurs.
  3. Hachez les feuilles et mélangez-les à du fromage frais, par exemple un fromage de chèvre.
  4. Ajoutez une tombée d’huile d’olive, du sel et du poivre à votre convenance.
  5. Faites des petites boules et surmontez-les d’une petite fleur en décoration.

Bonne dégustation !

Tapas de fromage frais au lierre terrestre. Cueilleurs Sauvages.
Tapas de fromage frais au lierre terrestre.

Le « thé suisse » contre l’asthme et la bronchite

Le lierre terrestre a commencé à être utilisé à partir du Moyen-Âge. Le Codex de 1884 le conseille en tisane, surnommée le « thé suisse », mélangé avec une quinzaine d’autres plantes pour lutter contre les lésions (contusions, commotions) survenant à la suite de chutes [1].

Ses propriétés médicinales ont été tantôt louées tantôt discréditées mais malheureusement, peu d’études scientifiques lui sont consacrées. Il est utilisé traditionnellement comme expectorant, en cas de bronchites chroniques et d’asthme humide, pour ses vertus réchauffantes et asséchantes. Il stimule les bronches.

Posologie
Faites infuser 50 g de plantes séchées dans 1 litre d’eau bouillante pendant 10 minutes. Buvez 2 à 3 tasses par jour, entre les repas. Vous pouvez utiliser également la plante fraîche : absorbez entre 30 et 60 g de suc (sève de la plante) [2] .

Ma recette du sirop au lierre terrestre

Pour profiter de ses propriété toute l’année, rien de tel qu’un bon sirop médicinal! Mais comment le préparer, au vu des nombreuses recettes que l’on trouve sur internet? Je vous partage ici ma recette, qui permet une très bonne conservation.

La clé est la concentration de sucre. Trop peu de sucre, et votre sirop sera un milieu favorable au développement des bactéries et autres moisissures. Trop de sucre et il cristallisera au fond de la bouteille.

La concentration idéal pour un sirop médicinal est de 500mL + 800g de sucre, qui nous donne 1L de sirop final. Cette concentration crée un liquide aceptique, donc limite le développement des bactéries.

Recette
1. Placer 500mL d’eau dans une casserole.
2. Faire chauffer à 85°C (eau frémissante)
3. Recouvrir de lierre terrestre frais: le lierre doit dépasser le niveau d’eau pour que le sirop soit bien concentré.
4. Couvrir!
5. Retirer du feu et laisser refroidir environ 1/2h. Le liquide doit être bien concentré et avoir une belle couleur.
6. Filtrer et presser les feuilles de lierre.
7. Rajouter de l’eau pour être à 500mL.
8. Rajouter les 800g de sucre.
9. Chauffer légèrement et remuer jusqu’à dissolution complète du sucre.
10. Verser dans des bouteilles stérilisées.
11. Conserver au frais et à l’abri de la lumière. Ce sirop expectorant vous sera utile en cas de toux à condition humide.

Avertissement

Les information données ici peuvent ne pas être suffisantes pour déterminer une plante avec sécurité. N’oubliez pas, au moindre doute abstenez-vous! Sachez que j’organise des cours sur les plantes sauvages comestibles, médicinales et toxiques régulièrement.

Références

[1] Bourrinet Patrick, Guyotjeannin Charles, « Espèces », Revue d’histoire de la Pharmacie, 342, 2004, p. 361.
[2] Delprat Catherine, « Le petit Larousse des plantes qui guérissent », Paris : Larousse, 2016, p. 524.

Le lierre terrestre est une plante commune et pourtant si étonnante. Sa discrétion cache un petit trésor, une senteur sans pareille dont je ne me lasse jamais. De la même famille que le thym et la lavande, son huile essentielle est un fluidifiant des bronches utilisé traditionnellement dans le "thé suisse".
Vous avez aimé cet article? Inscrivez-vous à ma newslettre!
S'inscrire

Learn About This Author

Michaël Berthoud

Facebook

Je suis passionné par les plantes sauvages et leurs usages depuis dix ans. Laissez-moi être votre guide pour bien démarrer dans ce monde passionnant. Je vous donnerai de bons conseils et des critères sûrs pour débuter ou confirmer vos connaissances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *