Millepertuis perforé

Le millepertuis : cueillette et macérat huileux

Michaël Berthoud Cueillette des plantes sauvages, DYS, Les plantes médicinales, Pharmacie naturelle 4 Comments

Le millepertuis est une plante mythique. C’est une de ces plantes à l’histoire longue et pleine de légende qui nous sont parvenues à travers les âges. Elle est facile à reconnaître, localement abondante et c’est une grande plante médicinale. Découvrez son histoire et comment le reconnaître pour réaliser un macérat huileux à la couleur et aux propriétés étonnantes. Vous avez déjà utilisé le macérat de millepertuis? Partager votre expérience en commentaire pour en faire profiter aux autres lecteurs!


RECEVEZ VOTRE
GUIDE DES
PLANTES SAUVAGES

DE SUISSE ROMANDE!

Téléchargez votre guide PDF gratuit et reçevez des conseils de cueillettes chaque mois! 
JE LE VEUX!
Vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Millepertuis perforé
Hypericum perforatum

Famille Hypericacées
Floraison Juillet – septembre
Milieux Prairies sèches, lisières, clairières
Altitude Jusqu’à 2200 m
Abondance Localement abondante
Parties utilisées Sommités fleuries
Cueillette des fleurs Lorsqu’elles sont au stade bouton floral, ou tout juste ouvertes

Comment reconnaître le millepertuis

Hypericum, un genre avec plusieurs espèces

Millepertuis est un genre en botanique qui contient 16 espèces distinctes en Suisse et 23 en France. Cela veut donc dire qu’il y a plusieurs espèces millepertuis et et qu’il faut être capable de reconnaître le bon.

Premièrement, comment reconnaître les millepertuis? Ce sont des plantes qui ont quasi toutes des fleurs jaunes à cinq pétales et des étamines nombreuses, en général plus de 20, et celles-ci sont regroupées en trois bouquets. Les feuilles sont opposées et les inflorescences regroupées en panicule.

Mais le bon, c’est lequel? Celui qui est utilisé comme plante médicinale est le millepertuis perforé: Hypericum perforatum L. Comme son nom l’indique, les feuilles du millepertuis perforé semblent perforées de petits trous que l’on peut observer en transparence. Ces petits trous sont en réalité des poches sécréteuses qui contiennent une huile essentielle.

Pour résumer voici les points importants pour le différencier des autres espèces (un bon livre comme le Flora Vegetativa vous donnera beaucoup d’autres informations).

  • tige dressée, ligneuse à la base
  • plus de 20 étamines en 3 faisceaux
  • tige ronde avec 2 côtes saillantes
  • feuilles très ponctuée de petits points blancs (poches sécréteuses à voir en transparence) et noirs
  • lorsque l’on froisse les fleurs dans les mains, celle-ci sont tachées de pourpre.

Les deux côtes saillantes sont un des meilleurs moyens pour le différencier de ses frères. Mais est-ce important de différencier le millepertuis perforé des autres ? Peut-on faire un macérat avec les autres?

La tige du millepertuis perforé (Hypericum perforatum) est parcourue de 2 côtes saillantes.

Quel millepertuis choisir?

Les poches sécrétives sont plus nombreuses chez le perforé, et elles contiennent des principes actifs comme l’hypericine et l’hyperforine. C’est celui-ci qui est traditionnellement utilisé pour faire la fameuse huile de millepertuis. Mais d’autres espèces ont aussi des points blancs et tachent les doigts. Mon point de vue est que d’autres espèces peuvent aussi être utilisées, mais elles seront peut-être moins actives. Une participante d’un de mes cours nous a dit qu’elle utilise le millepertuis des montagnes et que son huile est efficace. Si l’on se réfère à Fournier et son Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France, tous les millepertuis ont des propriétés équivalentes [1]. Et vous savez, à l’époque, les herboristes ne faisaient probablement pas la différence entre toutes ces espèces de millepertuis car la botanique n’était alors pas une science aussi établie qu’aujourd’hui.

Ouff! Cela simplifie la chose, car cela signifie que vous n’avez finalement pas besoin d’être sûr de l’espèce, mais uniquement du genre.

Donc si le millepertuis perforé n’est pas présent autour de chez vous, mais qu’un autre l’est, faites des tests et partagez dans les commentaires!

Où trouve-t-on du millepertuis perforé?

Le millepertuis perforé est commun dans toute la France et la Suisse, sauf en haute montagne. Il aime le soleil. On le trouve dans les prairies ensoleillées moyennement sèches. On peut également le trouver en forêt, en lisière, au bords des chemins ou dans les coupes forestières.

Découvrez les cartes de répartition chez Infoflora CH et TelaBotanica FR.

Champ de millepertuis
Le millepertuis perforé apprécie les champs ensoleillés.

Cueillette du millepertuis

Le millepertuis se récolte à partir de juin et jusqu’en juillet selon le lieu, en altitude il fleurira plus tard. Se sont les sommités fleuries qui sont utilisées. L’idéal est de les récolter au stade de bouton floral juste avant l’ouverture, ou lorsque la fleur vient de s’ouvrir. Ce qui est important, c’est de bien observer la plante pour la récolter au bon moment. Il ne sert à rien de récolter les fleurs au solstice parce que la date est belle si la plante n’est pas au bon stade.

Certaines études indiquent que les fruits sont riches en principes actifs. Donc j’imagine que l’on pourrait tester de faire de l’huile avec les fruits également.

N’oubliez pas les règles de la cueillette durable: on récolte uniquement là où la plante est abondante et on laisse 80% de la population en place derrière soi.

Usages traditionnels du millepertuis

Dioscorides faisait déjà mention d’un Hyperikon tachant les doigts et une des premières mentions du millepertuis se trouve dans le Naturalis Historiae de Pline l’ancien, (23–79 A-JC.). Il y est fait mention de traitement contre les brûlures, et en prise interne comme astringent pour stopper les diarrhées et comme diurétique. La plante semble être peu utilisée durant le Moyen-Age, mais acquiert une grande réputation durant le XVIe siècle comme vulnéraire. Selon la théorie des signatures, la plante froissée tache comme le sang, elle doit donc soigner les blessures.

L’herbe de la Saint-Jean: la plante du solstice d’été

Le millepertuis avait une grande renommée dans tout les pays celtes. Elle apportait paix et prospérité au foyer, santé aux animaux et récoltes abondantes. C’était une plante de guérison, que les gens portaient sur eux à la veille du solstice [3].

C’est une plante “solaire”, considérée comme “positive” et récolée durant les fêtes païennes du solstice avec l’armoise, la verveine ou l’achillée. Elle était récoltée de nuit, certains disent même à minuit, afin de conserver la rosée sur les feuilles et les fleurs. Cette eau était considérée comme sacrée et constituait une “eau de longue vie” augmentant les pouvoirs de la plante [4]. Alexander Carmichael dans son Carmina Gadelica nous donne une incantation à réciter avant la récolte:

Herbe de la Saint-Jean, Herbe de la Saint-Jean
Je te cueillerai avec ma main droite
Je te préserverai avec ma main gauche
Celui qui te trouve dans l’enclos du bétail
Ne sera jamais sans bétail.

Herbier de Fuchs
Le millepertuis dans l’herbier de Leonard Fuchs de 1543.

Les plantes récolées autour du solstice, puis de la Saint-Jean (la fête a été déplacée au 24 juin par les chrétiens) avaient la réputation de chasser les démons et de faire perdre leur dangerosité aux plantes toxiques.

Découvertes scientifiques

Le millepertuis contient des centaines de principes actifs, dont deux sont considérés comme étant les principaux, l’hyperforine et hypericine.

Elles sont un puissant antimicrobien, antioxydant, anti-inflammatoire et anti-cancer. L’hyperforine stimule la croissance et la différenciation des keratinocytes, qui constituent 90% de la couche superficielle de la peau [5].

C’est une plante reconnue dans le traitement des blessures et brûlures. Des expériences ont montré que “les brûlures au 1er degré sont soignées en 48h, et celle au 2e et 3e degrés sont soignées 3x plus rapidement qu’avec des méthodes traditionnelles” [5].

Ses effets anti-dépresseurs sont connus depuis plusieurs années. Le millepertuis est utilisé en cas de dépression légère. C’est d’ailleurs la seule plante utilisée comme alternative aux antidépresseurs synthétiques. Par contre, on ne sait toujours pas comment il fonctionne, les molécules prises seules n’ont pas d’effet, ce qui montre que c’est le tout, le totum de la plante, la multiplicité des principes actifs qui agit en synergie [6].

Remède maison: le macérat huileux de millepertuis

Nous voilà à la partie do-it-yourself de l’article. Vous avez appris à reconnaître le millepertuis, vous l’avez récolé et séché. Il est temps de l’utiliser. Le remède classique est l’huile, ou macérat huileux. Il s’agit simplement d’une macération à froid dans de l’huile durant plusieurs semaines.

Cette huile a plusieurs propriétés, elle a sa place dans votre pharmacie naturelle:

  • brûlures et coups de soleil
  • égratignures
  • ulcères

Vous pourrez la stocker ou l’utiliser pour préparer un onguent. Vous pourrez suivre la même recette que celle du plantain.

Macérat huileux de millepertuis
Macérat huileux de millepertuis fait

Plante fraiche ou sèche?

Première question. Faut-il sécher la plante? Personnellement, je dirais que oui, car une plante humide risque de faire tourner l’huile plus rapidement. Si la plante est bien sèche, votre macérât aura une grande longévité. Par contre un peu d’humidité risque de la raccourcir. Mais certains utilisent la plante fraiche et sont très content de leur produit. Ce qui est important lors de la filtration, c’est de faire en sorte que les gouttes d’eau restent au fond de la bouteille ou du flacon.

Dynamisation au soleil ou pas?

Autre grande question. Il y a deux écoles. Ceux qui exposent l’huile aux Soleil sans couvrir, et ceux qui couvrent.

Le but de la première méthode est de permettre au Soleil de dynamiser votre potion, de lui insuffler de l’énergie, ou quelque chose. Si la dimension énergétique vous parle, alors faites-les. Sinon couvrez de papier craft pour que la température monte sans que les UV ne dénaturent l’huile.

Si vous dynamisez, faites-le durant quelques jours maximum, car l’exposition au soleil sur plusieurs semaines réduit le taux d’hypericine a une très faible concentration [5].

Photosensibilisation

Bien que le millepertuis soit utilisé contre les brûlures et coups de soleil, cette plante est photosensibilisante. Cela signifie que que si vous mettez l’huile sur votre peau que que vous allez au soleil, vous risquez des brûlures! Cette huile ne s’utilise donc pas en prévention et uniquement à l’abri de la lumière!

La cueillette peut donc aussi causer des démangeaisons et brûlures. Les personnes à la peau sensible doivent se protéger les mains avec des gants.

Faire un macérat huileux de millepertuis

Découvrez comment réaliser facilement un macérat huileux de millepertuis perforé. Cette huile de couleur rouge est idéale en cas de brûlures et de coups de soleil.
Temps de préparation 15 minutes
Macération 30 days
Temps total 30 days 15 minutes
Portions 1 L
Cost 8 chf

Equipment

  • 1 grand bocal
  • Presse-purée ou tissus
  • Filtre à café en papier et son support
  • 1 bouteille pour la conservation

Ingrédients

  • Sommités fleuries de millepertuis perforé séché
  • Huile d'olive, première pression à froid, bio
  • Vitamine E
  • Huile essentielle de lavande

Instructions

  • Remplir votre bocal de millepertuis séché, grossièrement haché
  • Recouvrir d'huile. Tout juste au dessous-du niveau. Aucune partie végétale ne doit dépasser du niveau de liquide. Certains auteurs mentionnent une proportion de 1:4 (100gr de plante pour 400ml d'huile). Je n'ai jamais testé cette proportion, mais cela peut donner un point de départ. Il faut qu'il y ait beaucoup de plante par rapport à l'huile.
  • Couvrir le bocal de papier craft et laisser macérer durant 1 mois au Soleil. L'idée est que cela chauffe sans que les UV ne dénaturent l'huile. Petit à petit, votre huile va prendre une belle couleur rosée.
  • Filtrer à traver un filtre à café en tissus et presser le marc.
  • Rajouter 4-6 gouttes d’HE de lavande + 8 gouttes de vitamine E pour 100mL de macérat, pour la conservation.

Notes

A conserver au frais et à l’abri de la lumière.

Avertissement

Les informations données ici peuvent ne pas être suffisantes pour déterminer une plante avec sécurité. N’oubliez pas, au moindre doute abstenez-vous!
Dans le cas de l’utilisation des plantes médicinales, vous êtes responsable de vérifier les contre-indications et effets secondaires possibles.

Références
[1] Fournier, Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuse de France
[2] Pline l’Ancien (23-79 A.D.). The natural history. Book XXVI, Chapter LXXX. Cited after: Bostock J, Riley HT, editors. London: Taylor and Francis; 1855. The perseus digital library. Disponible à: http://www.perseus.tufts.edu/hopper/text?doc=Perseus%253atext%253a1999.02.0137
[3] Maria Freeman
[4] Enquête sur les plantes magiques
[5] Wölfle U, Seelinger G, Schempp CM. Topical application of St. John’s wort (Hypericum perforatum). Planta Med. 2014;80(2-3):109-120. doi:10.1055/s-0033-1351019
[6] Di Pierro F, Risso P, Settembre R. Role in depression of a multi-fractionated versus a conventional Hypericum perforatum extract. Panminerva Med. 2018;60(4):156-160. doi:10.23736/S0031-0808.18.03518-8

Newslettre
S'inscrire

Vous avez aimé cet article?  

Reçevez des conseils de cueillette et des recettes directement dans votre boite mail!

Commentaires 4

  1. 5 stars
    Merci pour cet article très intéressant, une fois de plus !
    L’huile rouge de macérat fait toujours partie de ma trousse familiale, été comme hiver.
    Je l’utilise avec efficacité pour soulager les coups de soleil. Je prépare avec aussi un baume réparateur en l’associant avec un macérat d’arnica pour soulager les douleurs rhumatismales ou du dos.

    1. Post
      Author
  2. Personnellement j’utilise l’huile rouge pour les petits désagements de la ménopose, notamment contre la transpiration, et je trouve efficace.

    1. Post
      Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notez la recette