Aconit napel. Cueilleurs Sauvages

Aconit napel, la plante la plus toxique d’Europe

Michaël Berthoud Plantes toxiques, Risques 2 Comments

L’aconit napel fait partie de ces plantes qui retiennent l’attention. Ces grandes fleurs d’un violet profond ne manquent pas de surprendre au milieu des alpages. Aucune bête ne la broute, et pour cause, c’est la plante la plus toxique d’Europe !


GUIDE DES
PLANTES SAUVAGES
COMESTIBLES!

Téléchargez votre guide PDF gratuit et reçevez des conseils de cueillettes chaque mois! 
JE LE VEUX!
Vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

ACONIT NAPEL
Casque de Jupiter
Nom latin Aconitum napellus
Famille Renonculacées
Floraison juin-août
Milieux Prairies, pâturages
Altitude 1500-3000m
Toxicité Toutes les parties de la plante sont hautement toxiques!

Botanique

Comment reconnaître l’aconit napel

Heureusement, cette plante est facile à reconnaître. Ses feuilles sont palmée, découpées en lanières assez fines, ondulés et sont d’un vert foncé. 

C’est principalement par ses fleurs qu’on la reconnaît, et de loin. Elles sont d’un violet très profond, en forme de casque romain. Par la suite, elles développent des fruits en follicules. Ceux-ci sont pointus et ont un aspect assez diabolique qui ne donnent pas envie de les consommer.

“Aconit napel” est un regroupement de plusieurs sous-espèces qui se ressemblent et partagent les traits généraux. 

Habitat

C’est une plante de montagne des Alpes occidentales, qui pousse dans les alpages aux sols riches en matières organiques, de 1500 à 3000m d’altitude. Infoflora nous indique que la plante est abondant dans les alpes suisses, alors quelle est moins courante en France selon les donnes de Telabotanica.

Toxicité de l’aconit napel

L’aconit fait partie de la famille des renonculacees, dont quasi tous les représentants sont toxiques. C’est la plante la plus toxique de notre flore européenne, la dose mortelle étant de 4g de racines. C’est donc une plante qu’il convient de connaître, même si elle est facile à déterminer et qu’il n’existe pas de risque majeur de confusion avec des plantes comestibles. Ouf!

Et comme on le dis souvent, c’est la dose qui fait le poison. Cette plante a été utilisée par le passé en teinture très diluée. Aujourd’hui, elle s’emploie sous forme homéopathique. 

Faut il en avoir peur?

Comme pour toutes les plantes tes toxiques, il faut simplement les connaître pour ne plus en voir peur!

Apprenez à reconnaître toutes les plantes toxiques de votre région et vous serez plus serein durant vos cueillettes. Pour débuter, lisez Les 12 plantes sauvages toxiques à connaître! Puis intéressez-vous aux risques rééls en lisant l’article sur Les risques de confusion en Suisse romande.

Vous avez aimé cet article?  

Reçevez des conseils de cueillette et des recettes directement dans votre boite mail!
S'inscrire

À propos de l'auteur

Michaël Berthoud

Facebook

Environnementaliste spécialité dans la science du sol, je suis passionné par les plantes sauvages et leurs usages depuis mon enfance. Laissez-moi être votre guide pour bien démarrer dans ce monde passionnant. Je vous donnerai de bons conseils et des critères sûrs pour débuter ou confirmer vos connaissances.

S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
View allCommentaires
Jean Claude
Jean Claude
4 septembre 2021 12:07

Il y a un herboristerie renommé sur Toulouse qui écrivait que cette plante était fort intéressante pour faire tomber l’urée, chez des personnes de bonne chair